Avertir le modérateur

PARUTION GUIDE DUSSERT-GERBER VINS 2020 : A BORDEAUX, IL S'AGIT DE SAVOIR FRAPPER A LA BONNE PORTE !

acheter-gdv-2019_r1_c2.jpg

Bordeaux est toujours un espace de vins d’exception, à tous les prix, mais il s’agit de savoir vraiment frapper à la bonne porte.

Dans le Médoc, on se demande encore pendant combien de temps des ”crus classés” (Classement de 1855, totalement obsolète quand on sait que les territoires, les hommes et les techniques ont évolué depuis plus de 150 ans) peuvent encore se vendre aussi chers : un “simple” Pauillac ou Margaux à 50 euros, ou des “seconds” vins à 100 euros, on croit rêver tant il existe une multitude de vins dans cette presqu’île formidables entre 20 et 40 euros. Le nom, la marque ne sont plus des garanties, même dans les vins les plus chers, et c’est la raison pour laquelle beaucoup se détournent de la région, au détriment de ceux qui proposent un rapport qualité-prix-typicité accessible et décent.

Il faut retenir que, intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Saint-Julien doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe... Les terroirs signent les vins : graves garonnaises à Saint-Julien, quartz et cailloux roulés à Saint-Estèphe, croupes de graves maigres à Pauillac, graviers et cailloux à Margaux, formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile en Médoc... Pourtant, il est parfois bien difficile aujourd’hui de retrouver cela, tant certains crus sont “lissés” par des vinifications sophistiquées.

Pomerol comme à Lalande-de-Pomerol, on trouve les vins les plus chaleureux de la région bordelaise, où les senteurs de truffe se mêlent à la mûre, à la cannelle, à la cerise ou à la réglisse, la chair s’associant à une texture dense, ample, veloutée, le tout donnant des vins que les propriétaires élèvent à leur image, chaleureuse.

Saint-Emilion, le Classement « officiel » (rien que le mot fait sourire...) est désastreusement décalé par rapport à la réalité des terroirs. On aura beau dire ce que l’on veut, certains n’hésiteraient pas à parler “scandales, compromissions, copinage”, etc, on croirait parler de politiciens, sic), il n’en est pas moins que, quand on connait les terroirs historiques de l’appellation (l’exceptionnelle carte de Van Leuween, que nous avions publié en son temps dans Millésimes, aujourd’hui “interdite” de publication), on ne peut que tomber dans le désarroi. N’en tenez donc pas compte, l’argent et la frime en sont les clés... Bref, ici, on a accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, soit à des vins surcôtés, où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent, soit des vins très concentrés au détriment de la finesse, soit des vins “sans âme, ni vertu”, dépersonnalisés, à des prix incautionnables. Vous ne les trouverez pas dans notre Guide, ne serait-ce que par respect pour les autres.

Les “satellites”, c’est-à-dire les appellations Montagne, Puisseguin, Lussac et Saint-Georges, regorgent toujours de vins remarquables, dont la plupart sont au même niveau qualitatif, voire bien meilleurs que des Saint-Emilion Grands Crus Classés (toujours selon ce « classement » officiel), mais bien moins chers !

Dans les Graves, il y a d’incontestables vins de très haut niveau, dans une gamme de prix large, mais, globalement, les vins en tête du Classement, bénéficient d’un formidable rapport qualité-prix.

En Pessac-Léognan, également, où l’on peut élever, à la fois, de grands vins rouges et blancs secs, on accède alors à une gamme de prix incompréhensible qui varie de 30 à 150 €, et parfois beaucoup plus. Pourquoi ?

Des prix encore plus accessibles, on en trouve toujours dans les appellations de Côtes. Les propriétaires talentueux se démarquent aisément des autres, et c’est ainsi depuis des décennies. Selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut en effet passer du très beau au très simple. De Saint-Vivien-de-Blaye ou Saint-Paul-de-Blaye, de Tauriac à Baurech, de Saint-Magne-de-Castillon à Gabarnac, les meilleurs signent de beaux vins de caractère, puissants ou soyeux, vifs ou suaves.

C’est la même chose en Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, où nous soutenons depuis longtemps les efforts accomplis par une poignée de vignerons passionnés qui élèvent des vins qui surprennent lors de dégustations “à l’aveugle”, écrasant parfois des crus beaucoup plus chers et renommés. On accède alors à des vins typés par des sols très différents (on ne fait pas les mêmes vins à Loubens, à Villegouge ou à Génissac), à des prix très abordables.

En Liquoreux, Sauternes en tête, l'équilibre géologique et climatique en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu'est le botrytis cinerea. Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent toujours d'être appréciés tout au long du repas, et pas uniquement à l’apéritif ou sur les desserts (pour avoir des idées d’accords : www.ideevins.com).

 

Top Vignerons Région Bordeaux

IMPORTANT : pour mieux comprendre le top Vignerons
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

 

Prix d’Honneur

 
Famille Baly (Coutet)
Jean-Noël Belloc (Brondelle)
Famille Bernard (Lestage Darquier)
Pierre Bonastre (Hennebelle)
Sylvie Courreau-Fompérier (Guillemin la Gaffelière)
François Despagne (Grand-Corbin-Despagne)
Marie-France et Guy Despujols (Lamothe Despujols)
Nicolas Glumineau (Pichon-Comtesse)
Denis Lurton (Desmirail)
Anne et Hugues Mallet (Haut-Macô)
Jean-Pierre et Marie-Françoise Meslier (Raymond-Lafon)
Michel et Chantal Miecaze (Léognan)
Julien et Sandrine Pannaud (Toulouze)
Jacques et Madelaine Philippe (Devise d'Ardilley)
Jean-Claude Rocher (Vieux Château des Rochers)

Prix d’Excellence

 
 
Famille Labrune (La Dauphine)
Gérard et Gaël Arpin (La Fleur Chantecaille)
Famille Augereau (Croix d'Armens)
Jean-Guy Beyney (Clos de Sarpe)
Eric et Sandrine Bordon (Petit Bouquey)
Famille Brun (Lauga)
Paule et Michel Dubois (La Ganne)
Famille Escure (Grand-Pey-Lescours)
Maria Dolorès et François Linard (Claymore)
François Landais (La Caderie)
Christophe Landry (Graviers)
Vincent Landry (Saint-Agrèves)
Michel Liessi (Champ du Moulin)
Odette Pommier (Darius)

Satisfecits

 
 
 
 
 
 
Famille Ardurats (Magneau)
Thierry Bos (Bouillerot)
Jean-François et Philippe Chaigneau (Massereau)
Marie-Paule et Bruno de la Rivière (Petit Puch)
Hugues Delayat (Hourbanon)
Corine et Christian Denis (Haut Brisey)
Bénédicte et Grégoire Hubau (Moulin Pey-Labrie)
Catherine et Thierry Leymarie-Thoilliez (Puy-Razac)
Thomas C. Press (Castera)
Guy Richard (Cadet-Bon)
Famille Simon (Graves d'Ordonneau)

 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu